CEEEFE (Commission d’Eglises Évangéliques d’Expression Française Francophones à l’Etranger) : qui connait ?

 

La CEEEFE a été créée en 1964 par la Fédération Protestante de France : les paroisses françaises à l’étranger sont placées sous sa responsabilité. Quelques églises francophones, crées en exil à la suite de la révocation de l’édit de Nantes de 1685 se sont jointes à cette commission, dont notre paroisse protestante francophone de Berlin. Actuellement 28 paroisses sont affiliées à la CEEEFE comme  par exemple celles de Beyrouth, de Pointe-à-Pitre, de Londres, de Bonn, de Frankfort, Moscou, Washington, Tunis, Djibouti, Le Caire, Jérusalem.

 

Le Défap ou service Protestant de Mission, les services d’aumônerie de la Fédération Protestante de France, l’Action Chrétienne en Orient (ACO) ou encore le Département missionnaire en Suisse (DM) peuvent être membres associés de cette Communauté. 

 

Ces églises vivent en communion les unes avec les autres. Chacune des églises membres participe à hauteur de ses moyens à la vie matérielle de la CEEEFE. Elle favorise les relations entre les différentes communautés locales donnant ainsi une vision œcuménique. Elle aide, dans la mesure de ses moyens, à la formation des pasteur-e-s et des responsables et participe à la réalisation concrète de projets locaux. Cette dernière ne prétend à aucune autorité sur la gestion des églises membres ; elle peut apporter son concours, ses conseils, sa médiation et son aide aux Eglises qui le souhaitent. 

 

Chaque année, le dernier week-end du mois d’août, elles se rassemblent à Paris autour de leur président, le pasteur Bernard Antérion, en Assemblée générale. Et chaque année aussi les églises d’Europe se retrouvent lors de rencontres européennes pour partager amitiés, nouvelles,  joies et préoccupations. La communauté de Berlin a envoyé deux délégué-e-s à cette rencontre, du 23 au 26 mai, cette année à Stockholm : Sophie Maurice et Jean-Luther Muelem. 

Martine : Comment est née cette communauté de Stockholm?

Sophie :  Quelques réformé-e-s de France après la Révocation de l’Edit de Nantes ont trouvé refuge en Suède dans l’Eglise presbytérienne britannique. L’église francophone a été reconnue officiellement par un Edit royal en 1724. L'Église Réformée Française est en relation avec les autres paroisses de Suède, en particulier avec l'Église des Missions, l'Eglise Oecuménique, et l'Église sœur de Copenhague. 

Jean-Luther : le pasteur actuel , Elie Kabwe assure les cultes deux par mois en alternance avec des pasteur-e-s francophones invités. Elie et les membres de la paroisse se sont impliqués dans l’accueil des migrant-e-s. 

 

Martine : oui, ils m’ont raconté qu’en 2015, quelques membres de la paroisse ont même hébergé des migrant-e-s chez eux, et sur une longue durée. 

Jean-Luther : la communauté organise un repas par mois pour les personnes sans abri, et  s’implique dans la construction et la gestion d’une école et autres projets diaconaux en République démocratique du Congo.

Sophie : Nous avons visité les mines de fer de Lövstabruk, à 160 km au Nord de Stockholm fondée par le protestant Wallon Charles de Geer : son savoir-faire a permis de créer de nombreux emplois dans la région et une  économie florissante. Dans cette ville se trouve le plus vieil orgue encore jouable en Europe.

Martine : la paroisse n’est-elle pas en recherche d’un-e pasteur-e qu’elle pourrait rémunérer?

Jean-Luther : les membres de la paroisse sont satisfaits d’Elie, bientôt à la retraite: le choix d’un-e autre pasteur-e se fera en temps opportun. Par ailleurs, les membres de la paroisse souhaiteraient bénéficier de liens plus rapprochés entre les différentes églises de la CEEEFE, avec des échanges de services et de pasteur-e-s, et pourquoi pas des visites inter-paroissiales.

Sophie : Le président Bernard Antérion a remercié les paroisses pour leurs dons à l’église de Djibouti, permettant la rénovation du temple et la construction de nouvelles pièces dans le centre ecclésial, dédiés à la formation professionnelle des migrant-e-s.

Martine : Djibouti n’est-elle pas  aussi une zone stratégique sur la route du pétrole, et des migrant-e-s,  entre autres ?

Jean-Luther : je réagis à ta question par une autre question : les églises qui ont une autre langue que la langue du pays d’accueil n’ont-elles pas aussi en filigrane un rôle politique ?

Sophie : encore deux nouvelles : la paroisse de Londres continue les rénovations de son église, et la rencontre 2020 européenne aura lieu à Francfort.  

Encore un grand merci à Sophie et à Jean-Luther pour leur précieux engagement.

Martine Matthey