D’autres prédications
et magnifiques textes
se trouvent sur le site
du Pasteur Pedroli

www.pedro.li

 

Prédication bilingue Domfest 24 06 18. Luc 10, 38-42


Meike : Martine, weisst du, ob unten alles für das Fest vorbereitet ist? Sind die Tische aufgestellt? Haben wir genug Salate? Hast du Sophie und Sandra gesehen? Ich habe mich um die Liedblätter und die Microphone gekümmert. Wir müssen so viel vorbereiten. Was hast du gemacht?
Martine: es tut mir leid, liebe Meike, ich habe nichts gemacht. Ich mich nicht um das Ketchup und die Salate gekümmert, ich habe nur gebetet.
Meike: du hast gebetet? Also und die Arbeit?

 

Martine: aber , liebe Meike, hast du nicht den Text von Luc, Kapitel 10, Verse 38 gelesen? 38 Comme ils étaient en route, Jésus entra dans un village et une femme du nom de Marthe le reçut dans sa maison. 39 Elle avait une soeur nommée Marie qui, s'étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. 40 Marthe s'affairait à un service compliqué. Elle survint et dit: «Seigneur, cela ne te fait rien que ma soeur m'ait laissée seule à faire le service? Dis-lui donc de m'aider.» 41 Le Seigneur lui répondit: «Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et t'agites pour bien des choses. 42 Une seule est nécessaire. C'est bien Marie qui a choisi la meilleure part; elle ne lui sera pas enlevée.»

 

Meike : Marta freut sich. Jesus kommt. Ja, Jesus kommt zu Besuch. Er ist ein gerne gesehener Gast. Er bringt die weite Welt mit in das kleine Haus. Er erweitert den Horizont. Er schenkt Gewissheit und Zuversicht. Durch seine Umsicht und Liebe, seine Ausstrahlung und seine Worte beschenkt er sie jedes Mal. Er bringt den Segen Gottes.

 

Martine: à ton avis, est-ce que Jésus apporte sa bénédiction plutôt à Marthe ou plutôt à Marie ? Qui est la meilleure des deux ? Celle qui prie ou celle qui travaille ?

 

Meike : Marta freut sich. Jesus kommt mal wieder. Er soll es gut haben bei ihr. Nach der Begrüßung macht sie sich zu schaffen. Es muss noch Wasser geholt werden, das Gemüse aus dem Garten waschen, schneiden. Das Feuer schüren. Ist genug Holz da? Marta will Jesus nur das Beste auftischen. Wo ist eigentlich Maria? Warum hilft sie nicht mit? Die Martas dieser Welt stehen früh auf, kümmern sich ums Essen und die Kinder. Sie stehen in den Küchen und mühen sich. Sie stehen auch in unserer Küche hier in der Kirche. Sie sind die ersten und vor allem auch die letzten. Sie wirbeln und wischen, putzen und schnippeln. Es soll schön sein. Die Gäste sollen sich wohl fühlen. Das Essen soll schmecken. Der Raum soll schön aussehen. Der Saal geschmückt sein. Unsere Marta schreibt Emails, verhandelt mit dem Catering und macht Einsatzpläne. Marta organisiert und wirbelt. Marta hat viel Arbeit und macht sich viel Mühe. Und manchmal platzt ihr der Kragen. Ich schwitze und alle anderen machen es sich gemütlich. So nicht!

 

Martine : Ces cinq petits versets de l’Evangile de Luc se situent entre le récit de la parabole du bon samaritain et l’enseignement du Notre Père ! Le bon samaritain est un homme d’action ; il participe à la souffrance du monde ; il ressemble à Marthe. Et la prière du Notre Père incite au silence et à la méditation ; elle semble toute destinée à Marie : tout reste ouvert.
A la télévision, j’ai vu un reportage qui nous montrait une cinquantaine de femmes africaines assises dans une église, priant déjà depuis plusieurs jours, pour que le Seigneur apporte de quoi manger au village affamé. Sont-elles des Marie ?
Je fréquente souvent les monastères. Nous pourrions penser que toutes les moniales passent leur temps à prier comme Marie au pied de Jésus. Que nenni ! C’est invraisemblable ce que ces femmes sont actives entre les temps de prière. Il est vrai que le rythme des offices casse toute velléité d’activisme : il s’agit d’être simple et de s’occuper de l’essentiel. Les prières continuelles les conduisent à travailler dans le calme, l’efficacité et la régularité.
C’est comme si le temps de prière leur donnait l’élan pour travailler. Regardez ce qui s’est passé avec Abraham aux chênes de Mamré, Gn 18. Il était assis devant sa tente dans la pleine chaleur du jour, comme en attente, peut-être en prière. Apparaissent alors les trois anges, et Abraham devient soudain un hyperactif pour les servir le plus dignement possible ; il prépare un repas très compliqué, le seul qui nous est décrit avec autant de détail dans la Bible. Vraiment, comme si son moment de méditation avait été le tremplin de l’action.

 

Meike : Marta platzt der Kragen, als sie Maria zu Jesu Füßen sitzen sieht. Gemütlich auf einem Kissen und mit großen Ohren und roten Wangen. Sie strahlt ihn an. Nein, so geht das nicht! Marta fordert Jesus heraus. Es ist nicht richtig, dass ich hier alles alleine mache. Sag ihr, dass sie mir helfen soll. Marta spricht nicht direkt zu Maria. Diese Maria mit dem verklärten Blick. Die wird nicht auf sie hören. Aber auf Jesus wird sie hören. Der gute Freund, der Rabbi, der Mann Gottes, er hat Einfluss. Er muss ihr sagen, was richtig ist.
Doch was ist richtig? Bei Gott werden Rollen verdreht und Gewissheiten aufgehoben. Gott hält sich nicht an Konventionen. Bei Gott wird die Niedrige erhöht und die Reichen gehen leer aus. Bei Gott bekommen die alten Frauen Kinder. Bei Gott bekommt der Zweitgeborene den Segen und der Betrüger eine neue Chance. Bei Gott reitet der König auf einem Esel. Bei Gott wird der Sündern gnädig angesehen. Bei Gott lebt der, der einst tot war.
Bei Gott darf die jüngere Schwester, die doch eigentlich dienen soll, sie darf sitzen bleiben, zuhören und sich von Jesus beschenken lassen.

 

Martine: Marthe se plaint alors qu’elle est pourtant une femme formidable ; c’est elle qui accueille Jésus et qui organise tout. Je suppose que Jésus était quand même bien content de manger les délicatesses qu’elle avait préparées. Comme nous, nous le serons après le culte, grâce aux Marthe qui sont parmi nous !
Alors pourquoi Jésus la reprend ? Que d’affection dans ces deux Marthe ? Marthe, Marthe. Elle a momentanément oublié qui est Jésus ; elle a oublié de s’aimer elle-même. Elle ne voit plus clair. Elle a perdu toute sagesse : elle a entrepris plus qu’elle ne peut supporter. Elle a été aussi peut-être un peu jalouse de l’intimité entre Jésus et sa soeur. Elle se sent tellement supérieure à sa sœur qu’elle donne des ordres à Dieu : dis-lui qu’elle fasse comme moi qui suis la seule personne compétente dans cette famille.
Ce serait le temps pour elle de prendre place à côté de Marie aux pieds de Jésus.

 

Meike : Marta hatte sich gefreut. Sie hatte sich auf Jesus. Sie mag ihn. Sie hört ihm gerne zu. Sie mag mit ihm reden. Sie mag mit ihm diskutieren. Aber sie möchte ihm auch etwas Gutes tun. Warum sieht er nicht ein, dass genau das jetzt richtig und nötig ist? Warum stößt er sie so vor den Kopf? Marta ist sprachlos.
Ärgert sie sich? Lässt alles stehen und liegen und geht empört weg? Mit euch will ich nichts mehr zu tun haben!
Ärgert sie sich? Geht zurück in die Küche und kocht weiter? Ihr werdet schon sehen, dass ihr alle nachher Hunger habt und froh sein könnt, dass ihr mich habt!
Oder lässt sie sich von Jesus einladen? Freut sie sich über die Pause und setzt sich neben Maria? Ja, auch ich höre Jesus gerne zu. Aber noch viel lieber diskutiere ich mit ihm. Dann gibt es eben kein Essen, wenn ihr nicht wollt.

 

Martine: ne penses-tu pas Meike, ne pensez-vous pas, que Jésus l’aide à se retrouver elle-même, à s’aimer et à se respecter de nouveau? Dès que l’être humain s’éloigne de la source, il lui advient une sorte d’indifférence, de fermeture aux autres, de la tristesse, des jugements et des critiques autant envers les autres qu’en vers soi-même, l’impression de ne plus être aimé-e.
Qu’en penses-tu Meike ? Pour toi, laquelle des deux femmes est la plus sympathique ? Was denkst du daran, Meike : für dich welche der Beide ist die mehr sympathisch?

 

Meike : Eines ist nötig! Sagt Jesus. Aber Jesus, woher wissen wir, was das eine ist? Ist nicht immer wieder etwas anderes nötig? Auf Gott hören – Das ist nötig. Und auf den Nächsten und die Nächste hören – das ist auch nötig. Hören und Tun. Schenken und Empfangen. Ruhe finden und aktiv sein. Demütig und herausfordernd sein. Mit Gefühl und Verstand. Wie Maria sein und wie Marta.
Möge Gott uns die Weisheit schenken, zu erkennen, was nötig ist und danach zu handeln. Et pour toi ?

 

Martine : moi, j’aime beaucoup Marie, et j’aimerais être plus souvent comme elle. Je suis très heureuse que le Seigneur la protège. Le rêve ! Avoir un cœur pacifié, tranquille, disponible et complètement ouvert à Dieu afin qu’il me donne l’impulsion pour rendre service avec plaisir et le sourire.
Tu sais ce qu’il nous manque souvent pour réaliser un juste équilibre ? Weisst du,was es uns oft fehlt, um ein richtiges Gleichgewicht zu realisieren?

 

Meike : la patience ?

 

Martine : ja, die Geduld !

Amen!


Commentaire pour le culte participatif du 17 06 19.
Evangile de Marc, chapitre 4, versets 21 à 29

 

  1. Dans ces 9 versets se trouvent trois thèmes sur lesquels nous pouvons méditer :
            1.  Tout ce qui est secret ou caché est destiné à être dévoilé un jour ou l’autre.
            2. L’importance de l’écoute juste de la Parole.
            3. Le Royaume de Dieu grandit quoiqu’il arrive ; ce qu’il sème porte du fruit

  2. selon sa volonté, et non selon celle de l’être humain.
    D’abord le point 1 : tout ce qui est secret ou caché est destiné à être dévoilé un jour ou l’autre.
    Quand nous lisons ce verset 22, nous ne pouvons pas nous empêcher de faire un lien avec nos propres petits secrets ! Est-ce que tout ce nous voulons cacher sera découvert un jour ou l’autre?

Ce verset traduit littéralement dit : car il n’y a pas de secret ni ce qui est caché sans qu’il ne soit manifesté, et qu’il vienne, au contraire, vers ce qui est manifesté. Comme si tout ce que nous faisons sera révélé dans la lumière de Jésus un jour ou l’autre, peut-être même seulement au moment de notre mort dans notre face à face avec Dieu. Dans 1 Co 13, 12, Paul écrit : 12 A présent, nous voyons dans un miroir et de façon confuse, mais alors, ce sera face à face. À présent, ma connaissance est limitée, alors, je me connaîtrai comme je suis connu par Dieu.

En fait, dans ces deux versets, il est plus question de Jésus que de nous. Au verset 21, Jésus parle de lui ; c’est lui, cette lumière qui vient au monde et qui ne peut pas être cachée. Il est parlé de ce mystère caché et mis au jour par Jésus, à d’autres endroits dans la Bible, par exemple dans Lc 10, 21 : En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint-Esprit, et il dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux personnes sages et intelligentes, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Ou bien dans Rm 16, 25, Paul écrit : A Dieu qui peut vous affermir selon mon Evangile et la prédication de Jésus-Christ, conformément à la révélation du mystère caché pendant des siècles. Ou dans 1 Co 4, 5 : c’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. C’est-à-dire croire en Jésus Christ ou non. Ou enfin dans Col 1, 26 : le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints et saintes.

Les ténèbres du monde ont tenté de tout temps d’éteindre cette lumière ; qu’elle ne soit vue de personne, que sa clarté surtout ne s’étende pas.
Ne pas parler de Jésus à ses ami-es, ne gêner ni ne déranger personne avec son nom, pas de cloches le dimanche, pas de manifestations publiques de mauvais goût, supprimer les cultes, pas trop de réunions de prières dans la semaine. Pas de vagues, à peine quelques petites vaguelettes.
Nos ami-e-s musulmans au Moyen-Orient agissent différemment ; ils ont plutôt tendance à hurler par haut-parleur le nom d’Allah et des passages du Coran en pleine ville et dans les campagnes.
Ayant personnellement mal vécu cette agression verbale au Caire, il me semble qu’il serait pour le moins judicieux de trouver un juste milieu !
Car il est aussi écrit dans Mt 6,verset 6: Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le secret. Et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Le troisième point pourrait aider à éclairer le premier point : il nous est dit que le Royaume de Dieu grandit quoiqu’il arrive ; les ténèbres ne peuvent pas, définitivement, enfermer la lumière qui émane de Jésus. Chaque graine semée par le Seigneur porte du fruit. On ne peut pas quantifier ses résultats avec des graphiques et des statistiques, comme si sa création était une grande entreprise. La progression de la lumière appartient à Dieu seul, que nous dormions ou que nous y travaillons.
L’être humain n’a pas de contrôle sur ce qu’il se passe dans son champ ; qu’il dorme, qu’il y mette le feu ou qu’il y travaille dur, il appartient à Dieu seul de transformer la graine en un fruit bon à être distribuer à chacune et à chacun.
Est-ce que l’être humain ne sert à rien ? Est-ce que Dieu a quand même un peu besoin de ses créatures pour que la lumière se répande dans le monde ? Comme le paysan, la paysanne jette la semence, arrose, sarcle le champ et récolte ce que Dieu a donné, l’être humain parle de Jésus et gère les communautés qui se créent autour de la Parole. L’être humain ne peut que reconnaître avec humilité que l’essentiel du travail est accompli par Dieu. C’est Dieu seul qui a le pouvoir de transformer nos gestes, nos actions, pour qu’ils deviennent du bon fruit.
D’où la prière de Charles de Foucault citée au début du culte : mon Père je me confie à Vous, mon Père, je m'abandonne à Vous ; mon Père, faites de moi ce qu'Il Vous plaira.
Je terminerai avec le point 2 : l’importance de l’écoute juste de la Parole.
Jésus demande d’écouter sa parole avec la plus extrême attention : il vous sera mesuré dans la mesure où vous mesurez, dit-il. Ce qui signifie : plus vous serez disponibles au travail de l’Esprit Saint en vous, mieux vous comprendrez la parole, et plus vous participerez alors à la manifestation de la lumière.
Plus l’écoute de la Parole est guidée par l’Esprit Saint, et plus le discernement et la sagesse seront données par Dieu. Plus l’écoute est brouillée par une volonté personnelle ou par l’égo, moins il y aura de fruits. Amen.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Lors de la prise de parole qui a lieu au sujet de ce texte, c’est surtout le verset 25 qui a interpelé : car à la personne qui a, il lui sera donné, et à la personne qui n’a pas, il sera enlevé d’elle aussi ce qu’elle a, traduit littéralement.

J’avais donc dit qu’il ne s’agissait pas de richesses ou de bien, qu’il s’agissait d’une disponibilité plus ou moins grande à l’écoute attentive de la parole : plus l’écoute de la Parole est juste, et plus le Seigneur donnera de la sagesse, du discernement et de l’intelligence. Quand l’écoute est distraite ou brouillée, le peu qui a été compris sera balayé par les pensées insensées, et mènera à la ruine.
Dans la mesure de votre écoute, vous serez mesuré-e-s.

Les personnes présentes ont eu de la peine à accepter ce qu’elles considéraient comme absolument injuste. Pourquoi n’est-il pas donné à tout le monde la même capacité d’écoute ? Est-ce qu’il ne sera pas donné à chaque être humain une chance d’avoir de bonnes oreilles?

J’aurais envie de dire : ne regardons pas aux autres, et mettons toute notre énergie dans notre disponibilité à l’écoute de la Parole. Dieu pourvoira, car sa compassion est infinie, et il accordera ses bienfaits aux personnes les plus sourdes et les plus récalcitrantes, en espérant que nous ne faisons pas partie de celles-là !

Amen!